Faire son propre patron de masque

Ce tutoriel vous propose de faire votre propre patron de masque en tissu pour votre usage personnel en s’appuyant, toutefois sur les recommandations notamment de l’AFNOR.

Article mis en ligne le 21 avril 2020
dernière modification le 27 avril 2020

L’heure est à la fabrique de masques. Quelle que soit sa taille (hormis les très jeunes enfants), voire sa morphologie on est susceptible d’avoir besoin d’un masque barrière. C’est porté à titre préventif. Un masque en tissu va protéger les autres de nous, et, en période d’épidémie ou de pandémie, si tout le monde en porte, la protection est mutuelle et renforcée. Ce tutoriel se propose de vous expliquer comment concevoir un masque sur-mesure et comment l’entretenir.

 Les limites et les recommandations

Avant de commencer.

Pour rappel, ces masques ne protègent pas le porteur, les seuls qui le font sont les masques de type FFP2 qui sont actuellement réservés aux personnels de santé. Ils peuvent, en revanche, protéger les autres de vous, plutôt nettement moins que les masques chirurgicaux. Considérez-les plutôt comme des barrières symboliques visant à vous éviter de faire certains gestes (bises, vous tripoter le bas du visage...) et à inciter à garder une distance de sécurité.

Port et entretien : à l’instar des masques de papier, ne les portez pas plus de deux ou trois heures d’affilée. Ce masque vous est personnel une fois que vous l’avez porté. Ne le passez pas à quelqu’un d’autre. En conséquence je suggère d’en faire plusieurs.

En période d’épidémie, le port de ce masque ne vous libère pas de prendre toutes les précautions suggérées. Il faut garder les bons gestes.

 Les principes

Le masque doit être bien couvrant du haut du nez (juste sous les yeux), au menton inclus. En largeur, bien couvrir les joues (au moins d’une extrémité d’un sourcil à l’autre extrémité du deuxième sourcil).

Il doit être en une seule partie, et, si l’on veut des pinces, elles ne doivent être qu’en haut du nez et en dessous de la bouche.

Il doit comporter au moins deux couches de tissu au tissage dense avec une couche filtrante au milieu d’un autre tissu (si on opte pour un masque rectangulaire avec une poche pour glisser une couche filtrante amovible, cela peut être des mouchoirs en papier par exemple).

 Confection du patron

On commence par la prise des mesures.

 Matériel pour prise des mesures

  • Mètre souple ;
  • papier, crayon, ciseaux ;
  • « toile » (un morceau de tissu sacrifiable qui servira pour les essais et l’ajustement du patron) ;
  • fer à repasser ;
  • matériel de couture (au moins des épingles) ;
  • carton du genre carton de boite de céréales (ici boite de flocons d’avoine).

Mesures, masque renctangulaire à plis

 Mesures à prendre

Selon le type de masque on prend plus ou moins de mesures.

Pour un masque rectangulaire à plis : la hauteur de sous les yeux au menton , la largeur de la face .

Les plis sont indispensables car ils permettent de suivre le relief du visage.

Mesures à prendre, masque « coque »Pour un masque « coque », on prend les mesures pour la moitié du visage puisqu’on va commencer dessiner un demi-masque :

  • hauteur de sous les yeux au menton ;
  • hauteur de sous les yeux à sous la bouche ;
  • largeur du haut du nez au côté du visage ;
  • profondeur du nez à sa base (le point le plus avancé du relief du visage) ;
  • largeur du milieu menton au côté du visage.

 Dessin et essai du patron du masque « coque »

Reporter ces mesures sur une feuille de papier pliée en deux et dessiner le patron en les suivant. La pliure est au milieu visage.

Marquer en bas la fin de la couture du menton, ici il est marqué par des triangles sur le patron final.

Dessin du patron, demi-masque

Découper le papier en suivant le dessin et le déplier, on a le patron.

Le reproduire sur la toile. Faire les coutures des pinces en haut et en bas. Essayer sur le visage, recommencer en ajustant à chaque fois le patron sur le papier (en gros, une feuille de papier à chaque fois, n’importe quelle feuille de brouillon, voire de magazine fait l’affaire).

Une fois le résultat satisfaisant, reportez le demi-masque sur le carton plié en deux, découper et ajouter les mentions que vous voulez (ici haut bas). Faire le patron en carton n’est pas une obligation, mais si on veut faire plusieurs masques, c’est plus robuste.

Le patron final du masque

 Coupe et coutures du masque « coque »

 Matériel

  • chutes de tissus (avec un tissu genre molleton fin ou polaire fine pour la couche filtrante intermédiaire) ;
  • élastique, ou cordon (ruban, etc. pour les lanières) ;
  • matériel de couture.

 Réalisation

  1. Poser le patron sur l’envers de chaque tissu, le reproduire en indiquant les marques de couture.
  2. Couper en tenant compte des marges de couture. La couche du milieu n’en a pas besoin.
  3. Coudre les pinces en haut et bas de chaque couche.
  4. Rentrer les bords, et faire une couture en haut et en bas.
  5. Rentrer les bords sur les côtés.
  6. Épingler les élastiques ou les lanières dans les bords.
  7. Fermer par une couture.

Et voilà le travail :

Un masque « coque » fini

 Si vous avez une barbe

Le masque doit la couvrir normalement.

Il existe des couvre-barbes jetables, qui sont des genres de charlotte, c’est très laid il faut bien le dire.

Cela dépend un peu de la taille de votre barbe, faire un masque plus haut (rectangle) ou avec un menton plus long (version « coque ») peut suffire. Sinon, peut-être que prévoir une espèce de poche en dessous et dans la continuité des deux types de masque pourrait servir à bien la protéger. Du coup, pour le masque « coque », la pince du bas sera inutile.

 Entretien

Il est essentiel de ne les porter que d’une fois d’affilée et de les laver entretemps.

Oh, et bien sûr se laver les mains à chaque fois qu’on les a manipulés après les avoir portés.

Couche filtrante amovible  : mettre le papier dans un sac à part des autres poubelles et ne jeter ce sac fermé qu’au bout de quelques jours et surtout pas dans les poubelles de recyclage. Vous pouvez éventuellement arroser le papier d’alcool, ce qui le désinfecterait aussi (voire les brûler si vous pouvez le faire sans risque, je ne conseille pas).

Masque  : ne pas le laver en même temps que le reste. Soit vous pouvez le laver en rentrant, éviter l’eau de Javel, déconseillée par l’AFNOR et qui abîme les fibres du tissu. Commencer par laver le masque à l’eau et au savon (le virus n’aime pas trop le savon), faire tremper dans l’eau bouillante le temps que ça tiédisse.

Repasser une fois sec, ça aura meilleures allure et ça terminera d’estourbir d’éventuelles traces du virus.

Soit vous attendez d’en avoir plusieurs pour faire une lessive, surtout stockez-les dans un sac en plastique à part. Lavez-les au bout de quelques jours à 60° en machine avec des draps par exemple. Au bout de quelques jours, dans un endroit sec, le virus a en grande partie disparu et sera très affaibli. Et repassez-les de toute façon.

 En savoir plus