Des rangs ou des centimètres ?

Des choix rédactionnels quand on crée un modèle.

Article mis en ligne le 30 mai 2016
dernière modification le 3 juillet 2016

par ID
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Les patrons de tricot peuvent indiquer, outre le nombre de mailles, soit des nombres de rangs à tricoter, soit des centimètres. Le choix n’est pas du tout indifférent et il dépendra en fait du type de tricot.

Ça y est, vous vous lancez, vous écrivez votre premier modèle de tricot. Et là, choix cornélien : des rangs ou des centimètres (avec le cas échéant les équivalents en mesures impériales) ?

Il n’y a pas une règle unique ou une solution meilleure que l’autre. En effet, cela dépend du type d’ouvrage.

 Si vous faites un vêtement

Les indications avec des mesures sont les plus adéquates, non seulement parce que cela évite de compter un grand nombre de rangs et donc de se tromper, mais aussi parce que cela permet d’adapter au mieux les dimensions du tricot à la morphologie des personnes. C’est un point de départ sur lequel vous allez baser votre travail de confection du patron : en ayant les dimensions vous savez combien de mailles monter à partir de votre échantillon et quelle hauteur tricoter.

Et, bien sûr c’est utile quand, côté tricoteur, on choisit un modèle : les dimensions nous permettent de savoir s’il est à notre taille, plutôt confortable ou pas, si ce qu’on fait est conforme aux explications, etc. Toutes choses que ne permettent pas les explications données en rangs.

Exemple de schéma de pullover
Ce schéma m’a servi au départ pour la conception et la confection d’un pullover.

 Quand vous créez un jouet

Là, il est préférable que que vous délivriez les explications en rangs.

Tout d’abord parce que c’est plus facile, les jouets étant généralement assez petits et susceptibles d’avoir des pièces identiques tricotées plus d’une fois, on est sûr d’avoir exactement les mêmes formes. Ensuite parce qu’évite justement des prises de mesures délicates sur des pièces avec des formes différentes et plus ou moins contournées. Et puis, de cette façon, vous n’imposez ni aiguilles, ni fil à tricoter aux personnes qui vont suivre ce modèles, ce qui leur laisse toute latitude de faire le jouet plus gros ou plus petit en fonction du choix des fournitures.

Sapins Minion
Même patron, même nombre de mailles et de rangs, mais des aiguilles et du fil de tailles différentes.

Pour des vêtements de poupée, c’est à vous de voir. Personnellement, j’ai eu recours aux méthodes différentes, mais je pense qu’indiquer les dimensions en centimètres est utile malgré tout comme pour les autres vêtements.

 Et les accessoires ?

Ça dépend ! Par exemple pour une écharpe ou un col, on ne va pas s’enquiquiner à préciser le nombre de rangs à tricoter (et donc à les compter au moment de la réalisation du modèle…) et pour les chaussettes, les dimensions c’est mieux toujours pour permettre par la suite aux personnes d’adapter la taille du modèle aux pieds du destinataire. Après tout, quitte à tricoter des chaussettes autant faire vraiment du sur-mesure non ?

Bonnet rouge
Schéma indiquant les dimensions et les coutures du bonnet.

S’agissant d’accessoires de type étuis ou autre couvre trucs (théières, tasses, etc.), il vaut mieux de toute façon préciser les mesures à prendre, ou celles sur lesquelles vous vous êtes basées. Et, pour les sacs, si indiquer le nombre de rangs à tricoter n’est pas inutile, avoir les dimensions de l’objet fini est indispensable.

Dimensions à prendre
Les dimensions d’un couvre-tasse.

 Des schémas clairs

C’est assez frustrant, dans bien des cas, d’avoir à faire à des modèles de tricot sans aucun schéma, spécialement pour des vêtements ou des patrons complexes.

Pour cela vous avez le choix, en fonction de vos capacités :

  • dessiner sur papier et scanner le document pour l’incorporer au modèle
  • prendre soigneusement des photos des différentes pièces bien à plat et ajouter dessus à l’aide d’un logiciel de dessin (Draw, Gimp, Inkscape…) toutes les précisions
  • dessiner les parties avec leurs indications avec un logiciel comme Inkscape, dernière solution qui a ma préférence d’ailleurs mais c’est personnel.
P.S. :

pour aller plus loin, sur les logiciels sus-indiqués :

  • Draw, utilitaire de dessin de LibreOffice (vous pouvez concevoir tout votre modèle dans LibreOffice : calculer, rédiger, dessiner) ;
  • Gimp, logiciel de traitement d’images qui existe en français et dont le manuel est également disponible en français ;
  • Inkscape, logiciel de dessin vectoriel.

Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce Squelette puce RSSSyndiquer tout le site puce
2002-2017 © Aiguilles magiques - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.15
Hébergeur : Kuhn services