L’heure du thé
Article mis en ligne le 21 mars 2010
dernière modification le 21 août 2014

par ID
Précédent : Après le thé, le café
Imprimer logo imprimer Enregistrer au format PDF Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Le thé est une cérémonie qui requiert ses rites et son matériel. Des fois, quand même, j’écris des phrases qui se prennent drôlement au sérieux.

Bon reprenons : le thé c’est bon, enfin le bon thé. C’est-à-dire celui que l’on achète en vrac, que l’on hume au dessus de la boîte et que l’on choisit avec plaisir en discutant de ses qualités comparées à celles des autres avec le marchand de thé. D’ailleurs, si dans votre magasin, on ne vous laisse pas ce temps-là, changez-en, il y a des chances pour que n’ayez pas de vrais amateurs de thé de l’autre côté du comptoir.

Le thé est le seul luxe que je m’autorise (avec les chaussettes en pure laine tricotées main), il est impérativement nature ou alors, exceptionnellement au jasmin. Les thés parfumés sont généralement fabriqués à partir de thés de qualité médiocre (sinon on ne les parfumerait pas, ce serait vraiment dommage), certains d’ailleurs ne sentent plus du tout le thé, mais les arômes (souvent artificiels) dont les parfume.

Tout ça pour dire que je viens de terminer avec un plaisir immense ce couvre-théière éléphant, modèle en anglais de TrampledbyGeese dont la traduction figurera sur le site Aiguilles magiques le mois prochain. Facile à tricoter, mais plus délicat à monter, logique. Sur ce je retourne boire mon thé, un thé vert de printemps.

Couvre-théière éléphant vert


flèche Voir aussi : Les explications, en français, du couvre-théière Éléphant
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.19
Hébergeur : Kuhn services