Dérobées au miroir
Article mis en ligne le 28 février 2008
dernière modification le 19 août 2014

par ID
Imprimer logo imprimer Enregistrer au format PDF Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

L’une des spécialités de la Réunion des musées nationaux (RMN) consiste à émettre des objets tout droits issus de toiles de maitres. On peut avoir ainsi des bijoux dérobés à un portrait de Ingres, ou un foulard de Claude Monet, ce qui est assez chic, il faut en convenir. Mais la RMN n’a pas le monopole en la matière et j’avais donc, en 2006 tricoté desmitaines de sorcière inspirées du premier miroir que j’ai acheté à Marie Meier :

Les mitaines du miroir

Elle vient de recevoir celles que je lui aies tricotées suite à une promesse faite au Festiblog. Cette fois-ci, la partie manche en jersey a été tricotée à la machine, le reste en rond avec mes minimes et un jeux d’aiguilles à double pointe. On notera au passage que c’est carrément plus chic de dérober un objet à une peinture d’un artiste vivant pour le lui offrir ensuite.

Les prochaines mitaines manches seront simplifiées par rapport à ce modèle : je les ferai sans doigt, ce sera plus facile et surtout plus pratique.

Sinon, Marie peint toujours des miroirs et des tas d’autres choses, on peut tout voir et acheter dans sa boutique. En fait, on peut plus facilement s’offrir un Marie Meier qu’un Ingres ou un Monet.


flèche Voir aussi : Les explications des mitaines de sorcière
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.19
Hébergeur : Kuhn services